Lorsque les chirurgiens, lors des opérations, ne portent pas de masque


Lorsque les chirurgiens, lors des opérations,
  ne portent pas de masque...



"Au lieu de reconnaître les dommages causés par les ondes radiola société se déchire en instituant des mesures qui ne protègent personne et qui, au contraire, rendent les gens malades et les tuent. Je ne mentionnerai ici qu'une seule de ces mesures: les masques.

Ayant fait des études de médecine, j'ai été choqué lorsque j'ai lu l'étude de Neil Orr, publiée en 1981 dans les Annales du Collège royal des chirurgiens d'Angleterre. Le Dr Orr était chirurgien à l'unité chirurgicale de Severalls à Colchester. Et pendant six mois, de mars à août 1980, les chirurgiens et le personnel de cette unité ont décidé de voir ce qui se passerait s'ils ne portaient pas de masque pendant les opérations
Ils n'ont porté aucun masque pendant six mois et ont comparé le taux d'infection des plaies chirurgicales de mars à août 1980 au taux d'infection des plaies de mars à août des quatre années précédentes

Et ils ont découvert, à leur grand étonnement, que lorsque personne ne portait de masque pendant les opérations, le taux d'infection des plaies était inférieur de moitié à ce qu'il était lorsque tout le monde portait un masque. Leur conclusion: "Il semblerait qu'une contamination minimale puisse être obtenue au mieux en ne portant pas de masque du tout" et que le port d'un masque lors d'une opération chirurgicale "est une procédure standard qui pourrait être abandonnée".

J'ai tellement été étonné que j'ai parcouru la littérature médicale, sûr que c'était un coup de chance et que les nouvelles études doivent montrer l'utilité des masques pour prévenir la propagation des maladies. Mais, à ma grande surprise, la littérature médicale des quarante-cinq dernières années est cohérente: les masques sont inutiles pour prévenir la propagation des maladies et, au contraire, sont des objets insalubres, qui propagent eux-mêmes des bactéries et des virus.

En 1975, Ritter et al. ont constaté que "le port d'un masque chirurgical n'avait aucun effet sur la contamination environnementale globale de la salle d'opération".

Ha'eri et Wiley, en 1980, ont appliqué des microsphères d'albumine humaine à l'intérieur de masques chirurgicaux au cours de 20 opérations. À la fin de chaque opération, les lavages de plaies étaient examinés au microscope. "La contamination de la plaie par des particules a été démontrée dans toutes les expériences."

Laslett et Sabin, en 1989, ont découvert que les capuchons et les masques ne sont pas nécessaires lors du cathétérisme cardiaque"Aucune infection n'a été trouvée chez aucun patient, qu'un capuchon ou un masque ait été utilisé", ont-ils écrit. Sjøl et Kelbaek sont arrivés à la même conclusion en 2002.

Dans l'étude de Tunevall de 1991, une équipe de chirurgie générale n'a porté aucun masque pendant deux ans dans la moitié de ses opérationsAprès 1 537 opérations réalisées avec des masques, le taux d'infection des plaies était de 4,7 %, tandis qu'après 1 551 opérations réalisées sans masque, le taux d'infection des plaies n'était que de 3,5 %.

Une étude réalisée par Skinner et Sutton en 2001 a conclu que "les preuves en faveur de l'arrêt de l'utilisation des masques chirurgicaux semblent plus solides que les preuves disponibles pour soutenir leur utilisation continue".

En 2001, Lahme et al. ont écrit que "Les masques chirurgicaux portés par les patients lors d'une anesthésie régionale n'ont pas réduit la concentration de bactéries aéroportées sur le champ opératoire dans notre étude. Ils sont donc inutiles".

En 2001, Figueiredo et al. ont rapporté qu'en cinq ans de dialyse péritonéale sans masque, les taux de péritonite dans leur unité n'étaient pas différents de ceux des hôpitaux où les masques étaient portés.

Bahli a effectué une revue systématique de la littérature en 2009 et a constaté que "aucune différence significative dans l'incidence de l'infection des plaies postopératoires n'a été observée entre les groupes portant des masques et les groupes opérés sans masque".

Les chirurgiens de l'Institut Karolinska en Suède, reconnaissant le manque de preuves en faveur du port de masques, ont cessé de les exiger en 2010 pour les anesthésiologistes et autres personnels non masqués en salle d'opération"Notre décision de ne plus exiger de masques chirurgicaux de routine pour le personnel non opéré est une entorse à la pratique courante. Mais les preuves à l'appui de cette pratique n'existent pas", a écrit le Dr Eva Sellden.

En 2010, Webster et al. ont fait état de chirurgies obstétriques, gynécologiques, générales, orthopédiques, mammaires et urologiques pratiquées sur 827 patients. Tout le personnel non gynécologue portait un masque dans la moitié des opérations, et aucun des membres du personnel non gynécologue ne portait de masque dans la moitié des opérations. Des infections du site opératoire sont survenues dans 11,5 % des cas pour le groupe "Masques" et dans seulement 9 % des cas pour le groupe "Sans masque".

Lipp et Edwards ont passé en revue la littérature chirurgicale en 2014 et n'ont trouvé "aucune différence statistiquement significative dans les taux d'infection entre le groupe masqué et le groupe non masqué dans aucun des essais". Vincent et Edwards ont mis à jour cette revue en 2016 et la conclusion est la même.

Carøe, dans une revue de 2014 basée sur quatre études et 6 006 patients, a écrit qu'"aucune des quatre études n'a trouvé de différence dans le nombre d'infections postopératoires, que vous ayez utilisé un masque chirurgical ou non".

Salassa et Swiontkowski, en 2014, ont étudié la nécessité des blouses, des masques et des couvre-chefs dans la salle d'opération et ont conclu que "rien ne prouve que ces mesures réduisent la prévalence des infections du site chirurgical".

Da Zhou et al, en examinant la littérature en 2015, ont conclu qu'"il y a un manque de preuves substantielles pour soutenir les allégations selon lesquelles les masques protègent soit le patient soit le chirurgien de la contamination infectieuse".


En Chine, les écoles interdisent désormais aux étudiants de porter des masques pendant l'exercice physique. Pourquoi? Parce que cela les tuait. Il les privait d'oxygène et les tuaitAu moins trois enfants sont morts pendant les cours d'éducation physique, dont deux en courant sur la piste de leur école, alors qu'ils portaient un masque. Et un homme de 26 ans a souffert d'un collapsus pulmonaire après avoir couru deux miles et demi en portant un masque.

L'obligation de porter un masque n'a fait baisser le taux de mortalité nulle part. Les 20 États américains qui n'ont jamais ordonné aux gens de porter un masque à l'intérieur et à l'extérieur ont des taux de mortalité COVID-19 nettement inférieurs à ceux des 30 États qui ont rendu le port du masque obligatoire. La plupart des États sans masque ont un taux de mortalité COVID-19 inférieur à 20 pour 100 000 habitants, et aucun n'a un taux de mortalité supérieur à 55. Les 13 États qui ont un taux de mortalité supérieur à 55 sont des États qui ont imposé le port de masques dans tous les lieux publics. Il ne les a pas protégés.

"Nous vivons dans une atmosphère de maladie permanente, de séparation qui na pas de sens", écrit Benjamin Cherry dans le numéro de l'été 2020 du magazine New ViewUne séparation qui détruit des vies, des âmes et la nature."

---------------------------------------------------------
Tiré de Christopher Fry, A Sleep of Prisoners, 1951.


Arthur Firstenberg

August 11, 2020

Cellular Phone Task Force
P.O. Box 6216
Santa Fe, New Mexico | 87502 | United States
(505) 471-0129 | info@cellphonetaskforce.org


*   *   *   *   *   *   *

Mise à jour du 05/09/2020:

Références scientifiques de certaines des études mentionnées dans l'article ci-dessus, recherchées et trouvées, notamment sur le site scientifique bien connu "Pubmed", par des lecteurs commentateurs coopératifs (merci à eux!):





Voici, par exemple, la traduction française du résumé de l'une d'entre elles: 

"Il n'a jamais été démontré que le port d'un masque chirurgical diminue les infections postopératoires des plaies.

Au contraire, une diminution de 50 % a été signalée après l'omission des masques faciaux.  

La présente étude a été conçue pour révéler toute différence de 30 % ou plus dans les taux d'infection des plaies en chirurgie générale, que l'on utilise ou non des masques faciaux. Pendant 115 semaines, un total de 3 088 patients ont été inclus dans l'étude. Les semaines ont été désignées comme "masquées" ou "démasquées" selon une liste aléatoire. Après 1 537 opérations réalisées avec des masques faciaux, 73 (4,7 %) infections de plaies ont été enregistrées et, après 1 551 opérations réalisées sans masque facial, 55 (3,5 %) infections sont apparues. Cette différence n'était pas statistiquement significative (p supérieur à 0,05) et les espèces bactériennes cultivées à partir des infections de plaies ne différaient en aucune façon, ce qui aurait étayé le fait que la différence numérique était une différence statistiquement "manquée".  

Ces résultats indiquent que l'utilisation de masques faciaux pourrait être reconsidérée. Les masques peuvent être utilisés pour protéger l'équipe opératoire des gouttes de sang infectées et des infections transmises par l'air, mais il n'a pas été prouvé qu'ils protègent le patient opéré par une équipe saine."

Ceux qui veulent faire leurs propres recherches et vérifications (ce qui est, naturellement, très bien et ne peut qu'être encouragé!) pourront aisément le faire à l'aide des indications déjà fournies...

La conclusion est, d'ores et déjà, toutefois, simple et évidente: Si, en milieu hospitalier, il n'est pas prouvé (et même, au contraire!) que le port du masque protège le patient vis-à-vis des infections bactériennes, combien de fois est-il plus évident encore que, dans la population générale en bonne santé - et en particulier à l'air libre! - le masque n'offre absolument aucune protection!!! Tout au contraire, les masques sont des nids à microbes!

Tout le reste n'est pas de la science, mais juste de la croyance et de la politique!!!

 Voire de la dictature!


Commentaires

  1. La grande mascarade du gouverne-ment continue !!! :(
    (Masques en rade ou mascarade ?
    (https://2013-continuum.blogspot.com/2020/05/masquarade.html)
    )

    RépondreSupprimer
  2. Dommage de ne pas citer les liens vers les études citées...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2493952/pdf/annrcse01509-0009.pdf

      Supprimer
  3. Bonjour, avec tant d'affirmations révolutionnaires, il serait intéressant d'avoir les liens vers les études scientifiques, les articles, etc. Quelles preuves?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu peux croire ça, puisque tu croit le contraire il ni a pas besoin de sources pour encombrer le débat, merci

      Supprimer
    2. Si, les sources permettent d'étayer les affirmations, que ce soit dans un sens ou son contraire, sinon, le seul argument de certains c'est, théorie du complot, quand ce n'est pas des insultes du genre négationiste

      Supprimer
    3. Google est ton ami, Unknown. J'ai trouvé une des études citées en 10 secondes chrono.
      Tiens : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/1853618/

      Supprimer
    4. Bonjour, voici pour les liens http://12160.info/m/blogpost?id=2649739%3ABlogPost%3A2035264

      Supprimer
    5. Il suffit de copier coller le nom de l’étude dans google, et on apprends encore plus ... mais peut-être après tu demanderas la preuve de la preuve ... de la preuve.

      Supprimer
    6. et est ce que l'un d'entre vous a juste lu l'étude ????????

      Supprimer
  4. Je ne comprends pas pourquoi vous demandez des liens vers les études citées ?
    Allez sur google et tapez par exemple "Webster et al 2010 mask", cliquez sur le premier ou second lien proposé, et voilà votre étude.

    à un moment il faut arrêter d'être assisté bon sang !

    RépondreSupprimer
  5. https://jdfor2020.com/2020/08/1981-surgeons-medical-mask-study-concludes-minimum-contamination-can-best-be-achieved-by-not-wearing-a-mask-at-all/

    RépondreSupprimer
  6. La Vérité sans masque: Grand Merci aux lecteurs commentateurs ci-dessus qui ont recherché et trouvé sur le site scientifique "Pubmed" les références scientifiques des études mentionnées dans l'article: "Lorsque les chirurgiens, lors des opérations, ne portent pas de masque". Cela ajoute de la crédibilité (surtout pour ceux qui en ont besoin!) à ce qui est affirmé par Arthur Fistenberg. Je les ajoute aussi dans l'article lui-même.

    RépondreSupprimer
  7. C'est toujours comme ça. Les personnes qui n'y croient pas demandent toujours des preuves mais elles n'apportent, elles, jamais de preuves de ce qu'elles avancent. Et après on est traité de négationiste (alors que ça n'a rien à voir avec ce qu'on dit sur les masques
    .
    Petit rappel du Larousse sur ce qu'est le négationisme : Doctrine niant la réalité du génocide des Juifs par les nazis, notamment l'existence des chambres à gaz.
    Très beau week-end à tout le monde.

    RépondreSupprimer
  8. "Masques et protection : inhaler moins de coronavirus signifie tomber moins gravement malade"...comme quoi, tout le monde ne lit pas les mêmes études.


    https://theconversation.com/masques-et-protection-inhaler-moins-de-coronavirus-signifie-tomber-moins-gravement-malade-144915?utm_source=facebook

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que qui veut se masquer trouvera toujours une apparente bonne raison de le faire. Nul ne les en empêche (sauf, peut-être, la loi empêchant de se présenter le visage dissimulé sur l'espace public!), et grand bien leur fasse!
      Mais s'ils ont la bonté de s'abstenir de vouloir imposer leur masquomania aux autres, ceux qui, par-dessus tout, croient, pour leur santé et celle des autres, aux vertus de l'air pur et apprécient, comme elle le mérite, la libre respiration leur en seront fortement gré!
      Dans ce cas, toutes les études du monde allant dans le sens du fait que rien ne remplacera jamais un système immunitaire fort et harmonieusement cultivé, dans le cadre d'une vie saine, n'auront toujours comme valeur que la simple confirmation intellectuelle du profond ressenti, déjà existant, procuré par la parfaite évidence naturelle de la vérité!

      Supprimer
  9. tout ceci est probablement très vrai, mais les documents que vous citez (en tout cas ceux que j'ai lus) ne concluent que très partiellement voire pas du tout dans votre sens. J'en ai pris 2 au hasard : l'étude Skinner et Sutton de 2001 et l'étude Salassa de 2014 :
    - L'étude Salassa conclut effectivement que le masque n'apporte rien, mais que plein d'autres éléments (dont vous ne bénéficiez pas quand vous êtes à votre travail ou dans la rue, mais seulement en salle d'opération), contribuent à votre protection : les gants, l'absence de circulation et de brassements d'air, l'exposition des objets qui vous entourent... Pour les anglophiles, voici le résumé de l'étude :
    "Although there is some evidence that scrubs, masks, and head coverings reduce bacterial counts in the operating room, there is no evidence that these measures reduce the prevalence of surgical site infection.➤ The use of gloves and impervious surgical gowns in the operating room reduces the prevalence of surgical site infection.➤ Operating-room ventilation plays an unclear role in the prevention of surgical site infection.➤ Exposure of fluids and surgical instruments to the operating-room environment can lead to contamination. Room traffic increases levels of bacteria in the operating room, although the role of this contamination in surgical site infection is unclear. "

    Concernant Orr, Skinner and Sutton, c'est encore plus évident :

    Son titre : Do Anaesthetists Need to Wear Surgical Masks in the Operating Theatre? A Literature Review with Evidence­ Based Recommendations (https://www.researchgate.net/publication/11832106_Do_Anaesthetists_Need_to_Wear_Surgical_Masks_in_the_Operating_Theatre_A_Literature_Review_with_Evidence-Based_Recommendations)
    Déjà on ne parle que des anesthésistes et pas par exemple des chirurgiens.

    L'étude de Orr, par laquelle commence le blog, datant de 1981, y est revue et affublée d'un score de validité de preuve de 2/6
    Mais surtout la conclusion de Skinner et Sutton n'est pas du tout celle du blog (lisez surtout attentivement la dernière phrase entre parenthèses):
    RECOMMENDED GUIDELINES FOR THE USE OF FACE MASKS BY ANAESTHETISTS IN THE OPERATING THEATRE
    Guideline One*
    During any surgery other than surgery identified in Guideline 2:
    • Surgical mask to be worn by scrub team.
    • Surgical masks NOT required by other OR staff.
    Guideline Two*
    Masks with eye protection or visor mask protection should be worn during
    • implant insertion surgery
    • during the use of surgical power tools.
    • trauma management
    (*Assuming that theatre air conditioning meets Australian Standards and that standard infection control and transmission-based precautions apply.)

    On est donc très loin des masques inutiles ou nuisibles à l'hôpital.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ta logique ne va pas du tout " plein d'autres éléments (dont vous ne bénéficiez pas quand vous êtes à votre travail ou dans la rue, mais seulement en salle d'opération), contribuent à votre protection "
      t'es en train de nous expliquer que comme ce qui marche on ne l'a pas alors le masque marche ??? t'es en plein déni mon pauvre typique de la dissonance cognitive.
      marrant que tu te sois pas attaqué au morts du masque à moins que t'ais rien trouvé

      Supprimer

Publier un commentaire

Publiez ici votre commentaire. Les commentaires sont modérés. Les commentaires ne respectant pas les règles de bienséance et contraires aux lois ne seront pas publiés. Après approbation, votre commentaire sera visible au cours des jours suivants...